La Folle Enchère, de Mme Ulrich

Posted in Les Pièces

La Folle Enchère, de Mme Ulrich

publiée dans Théâtre des femmes de l’Ancien Régime, vol. 3, XVIIe s., 2011.
Édition : Aurore Evain.
Direction : A. Evain, P. Gethner & H. Goldwyn.

Sur Mme Ulrich et sa pièce

(comédie, repr. à la Comédie-Française en 1690 et 1691, et jouée devant la Cour)

Introduction [extraits] : « Comédie d’intrigue, au ton burlesque, fondée sur le travestissement et les fourberies de valets rusés, La Folle enchère est également une œuvre satirique sur les mœurs et le cynisme de la société de l’époque. Elle met en scène les déboires d’une mère ridicule, pathétique dans son refus de vieillir, qui devient la dupe d’une jeune travestie. Son originalité tient à l’inversion des rôles de sexe, qui aboutit à la mise aux enchères et à l’enlèvement d’un prétendu jeune homme. Représentée en mai 1690 à la Comédie-Française, elle fut reprise en 1691, et jouée devant la Cour. Bien reçue des critiques, elle fut longtemps attribuée au comédien et dramaturge Florent Dancourt, qui avait pourtant la réputation de s’approprier de nombreuses pièces dont il n’était que le retoucheur. Amant de Mme Ulrich, il lui servit probablement de mentor et aida à sa représentation. Femme mariée, elle pouvait difficilement revendiquer son œuvre et mettre son nom à l’affiche. La pièce fut donc jouée sous le nom de Dancourt, qui en perçut les droits [...] Quoi qu’il en soit, en 1691, elle obtint un privilège de six ans au nom de « M* V* » pour faire imprimer la pièce. La préface qu’elle composa permit, par la suite, de lui restituer son attribution. »

Extrait : préface, scènes 5-12.